Club Med, Promovacances : 2 stratégies inversées

Club med

La lecture de la presse nous apporte parfois des téléscopages savoureux. C’est pour cela qu’on l’aime.

En voici un.

logo Club Med

Ce matin dans une interview donnée à Bertille Bayart, en page 24 du Figaro Entreprise, Henri Giscard d’Estaing, PDG du Club Med, ne mâche pas ses mots : « La crise [du secteur du voyage ] est très profonde« . (Plus tard dans l’article, on apprendra qu’il souhaite retirer son groupe de la Bourse, ce qui peut expliquer ce ton alarmiste).

Mais plus important, le PDG du Club Med annonce réaliser 20 % de ses ventes par Internet.

Seulement, serait-on tenter de dire ?

logo Promovacances

Mieux !  Dans un article placé juste au-dessus, Alain de Mendonça, Directeur Général de Promovacances, se montre beaucoup plus optimiste dans son modèle, et, tout en restant un voyagiste e-marchand, indique faire 15 % de son CA  (400 millions d’euros ) avec 30 agences physiques.

Club Med :                 20 % du CA par Internet

Promovacances :      15 % du CA en agences physiques

Quand l’agence physique rencontre le Web. Et vice et versa.

Entre web et agence physique, mon coeur balance…

Cela s’appelle l’omnicanal, tel que les dirigeants du grand magasin  Macy’s l’ont défini le mois dernier à Chicago au Congrès Internet Retailer :

ecran omnicanal macys

A Chicago, on sentait bien le retour en force du retail, avec une grande question : où placer le curseur ?

 

Les commentaires sont clos.