David Barroux : « La leçon de Beyoncé »

beyonce-5e839

J’adore la presse, parce que les (bons) journalistes ont l’art de réunir en quelques lignes tout ce qui vous a traversé l’esprit, en entendant une info.

Mais … étayé de mille précisions, renvoyant à d’autres sources, et renforcé par leur esprit critique.

C’est ce qui est arrivé cette semaine, avec l’article de David Barroux paru dans les Echos et développé ici.

David Barroux

David Barroux

L’info ? 

Récemment, la chanteuse Beyoncé, star mondial du R&B, a surpris tout son monde (« 8 millions de fans sur Instagram, 13 millions de followers sur Twitter et 54 millions d’amis sur Facebook,  » tout de même, nous précise David Barroux. Elle a lancé son dernier album (pas un simple single) en se passant d’intermédiaires, en ne faisant aucune promotion, juste en envoyant un tweet.

Résultat, en moins d’une semaine, elle a du approcher le million d’albums vendus sur iTune.

Pourquoi est-ce important ?

Parce que, comme le précise David Barroux  « c’est une nouvelle approche marketing et c’est ça qui montre qu’on a changé de monde. Pour faire la promo de son album, Beyoncé n’a pas fait une seule télé, elle n’a pas donné une seule interview. Elle a juste posté une photo qui disait « Surprise » sur le réseau social Instagram. Et l’info est partie comme une traînée de poudre parce que Beyoncé est une méga star numérique ».

Certes, ce type de lancement est sans doute réservé aux ‘mega stars’.

Et certes, comme le précise le journaliste, dans la musique, nous ne sommes même pas dans la règle marketing bien connue des 80/20 : « dans la musique distribuée de façon électronique c’est la règle du 80-1. 1% de l’offre capte 80% des revenus ».

Mais on sent bien, une fois de plus que le marketing direct ce n’est plus l’apanage d’une marque qui entretenait jalousement la relation directe avec son client. La   relation directe existe toujours, mais elle se fait de plus en plus entre le créateur et sa ‘communauté ».

L’excellent article ( et la chronique qui en découle, diffusée sur Radio Classique) sont à lire /écouter ici.

 

Les commentaires sont clos.