Timberland a choisi New York pour son premier magasin connecté

Screen Shot 2016-05-04 at 2.37.16 AM

 

Physique, personnalisé, connecté. Le magasin Timberland de Herald Square à New York répond à tous les contextes d’achat.

  • Envie d’acquérir une paire de Timberland et de repartir avec ? Le magasin, agencé comme le sont les salons privés de clubs sportifs huppés, a tout pour séduire.
  • Envie de rugged boots qui ne ressemblent à aucune autre ? Dans le fond du magasin, l’atelier Design your own permet de se créer sa paire de chaussures Timberland à soi. Le procédé n’est pas nouveau (on pense notamment à l’écran pour personnaliser ses New Balance dans le magasin de Boston) mais il est de plus en plus fréquent et risque bien de devenir un standard pour toutes les enseignes de prêt-à-porter et de marroquinerie, au risque, dans le cas contraire, de s’interdire de servir ce segment de clientèle dite à haute contribution, attirée par la personnalisation.

 

IMG_4179

Dans le fond du magasin, l’atelier « Design your own » pour se créer ses propres boots Timberland

 

 

 

Les échantillons proposés au client-designer :

IMG_4182

Le client, devenu designer, fait son choix parmi les cuirs, les lacets…

 

  • Quand aux clients habitués à naviguer sur le site de Timberland, ils peuvent retrouver en magasin un niveau d’information similaire aux pages produits online. « L’idée » explique Catherine, la responsable de la boutique « est de proposer aux clients habitués au site internet de retrouver la même fluidité qu’ils apprécient sur notre site ».

 

LA CONVERGENCE ONLINE <> MAGASIN PHYSIQUE

Timberland a fait le choix de ne pas proposer d’appli, un choix discutable car la marque se prive de nouer et de développer une relation avec ses meilleurs clients (notamment pour les inciter à revenir en magasin et, une fois dans le magasin, leur témoigner des signes de reconnaissance).

Dans ce magasin connecté de midtown, Timberland met à la disposition de ses clients 3 mini-tablettes.

IMG_4183

Présentoir avec emplacement pour les 3 tablettes, et un film d’explication

En pointant sur l’étiquette d’un article, ils accèdent à toute l’information dont ils disposeraient sur le site web : informations produits, produits similaires, produits associés.

IMG_4185

La page produit accesible depuis la mini-tablette, en pointant vers l’étiquette produit

 

 

En saisissant leur adresse email, ils peuvent recevoir par mail la page produit des articles convoités, avec un lien pour les commander.

Screen Shot 2016-05-04 at 2.32.02 AM

L’Email que reçoit  le client, avec les produis visualisés en magasin 

 

Kate Kibler, VP of direct to consumer chez Timberland expliquait en Janvier à Digiday en tant que client, vous n’avez pas à télécharger une appli ou à donner votre adresse email, sauf si vous voulez sauvegarder vos articles. C’est parfait pour les personnes qui ne veulent pas parler à un vendeur, ou qui ne veulent pas d’appli ».

 

:: QUE RETENIR ?

En réalité, il n’y a pas « one size fits all« . On s’approche, car la technologie existe, d’une situation selon laquelle le magasin est en mesure de proposer « à chaque client, son expérience magasin ». Avec ou sans appli, avec ou sans l’aide d’un vendeur, articles personnalisés ou pas. Mais à l’évidence, l’expérience ultime consiste à faire converger online et offline en re-proposant au client l’historique de ses dernières navigations online lorsqu’il visite un magasin (comme le fait le grand magasin Barneys) et en lui donnant des raisons pertinentes de venir en magasin (comme le fait Neiman Marcus ou McDonald’s US).

:: POUR ALLER PLUS LOIN

  • Le sujet vous intéresse ? Commandez l’Etude complète « Mobile Retail 2016 aux Etats-Unis » avec les derniers cas réels de T1 2016.
  • Si vous ne vous êtes pas encore inscrit pour recevoir par email les nouveaux articles de ce blog, cliquez ICI
 

Écrire une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *