#Engage2016 : avec ses partenaires, Ysance crée les conditions d’une croissance solide et durable.

 

#Engage2016

Le 18 octobre, Ysance réunissait agences de conseil, intégrateurs et éditeurs de solutions pour #Engage2016 chez Bpifrance

 

A quoi reconnaît-on une entreprise qui aime ses clients ? A l’attention qu’elle porte aussi à ses partenaires. Le 18 octobre, Ysance réunissait agences de conseil, intégrateurs et éditeurs de solutions pour #Engage2016, l’événement annuel de la communauté des partenaires Ysance.

Le lieu ? Bpifrance. Plus exactement le Hub Bpifrance et son open space premium, pensé pour les esprits vifs. Pas de salle figée, des gradins, petits guéridons ou grandes banquettes aux couleurs pop, pour un public essentiellement trentenaire.

La société Ysance est jeune – 10 ans – et sa technologie est unique au monde : Ysance permet aux retailers de réconcilier un parcours d’achat online ET offline, et de personnaliser l’expérience shopping en ligne, et en magasin, via le smartphone, grâce à un profil client élargi et du scoring prédictif. Résultat, une hausse immédiate des ventes.

Au menu de la matinée : présentations, démos et table ronde avec témoignage client. Rétrospective :

 

:: Le message de Cécile Brosset, Directrice du Hub de Bpifrance

engage

Cécile Brosset, Directrice du Hub Bpifrance et hôte de ce premier #Engage2016

Cécile Brosset, Directrice du Hub Bpifrance et hôte de ce premier #Engage2016, a inauguré l’événement avec un message mettant l’accent sur l’innovation réelle que porte Ysance DMP, dans le contexte actuel d’une baisse de trafic magasin : « Nous avons besoin de start-ups comme Ysance pour créer des produits uniques, qui créent de la valeur dans cette économie ». Cécile Brosset a aussi salué l’équipe d’Ysance « qui a réussi son pari en appliquant des valeurs managériales éclairées ». Un compliment de taille venant de la Directrice du Hub, qui côtoie toute la scène française sur le champ particulier de l’innovation.

 

            Ysance et Bpifrance 

Le rôle du Hub, en plus de son activité de screening de startups pour les grands groupes, est d’accompagner et d’accélérer l’activité d’une quarantaine de sociétés en hyper croissance – dont Ysance – dans des domaines très variés : biotech, cleantech, adtech, big data, drones, innovations d’usage, etc. Il s’agit de sociétés assez matures qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros et/ou qui ont déjà réalisé une première levée de fonds en série A.

 

De fait Ysance, après une levée de fonds de 5 millions d’euros auprès de Creadev, s’est vue renouvelé sa confiance par Bpifrance en juin dernier, avec l’obtention d’un Prêt à Taux Zéro pour l’Innovation (PTZI), d’un montant de 1 million d’euros.

 

:: La stratégie Partenaires d’Ysance

Dès le départ, Ysance a fait un pari osé, qui est aujourd’hui sa force. Les deux co-fondateurs, Laurent Letourmy et Romain Chaumais, ont eu comme volonté de se démarquer des suites logicielles traditionnelles – intégration maximum, tout sous un même toit, un seul vendeur, un modèle qui aurait freiné l’innovation – pour adopter une logique d’Apps et une approche Test & Learn. « Pour la problématique de mon client, quelle est la meilleure App, laquelle saura le mieux valoriser ce « fuel » que constituent les data de mon client, et saura rapidement améliorer la conversion ? »

Une logique Apps open et sur-mesure, dont le bien-fondé est très certainement validé et renforcé au contact des clients retaliers américains – Ysance ayant un bureau à San Francisco, dirigé par Romain Chaumais.

screen-shot-2016-11-08-at-6-32-20-am

The Ysance Marketing Exchange

 

:: L’intelligence Artificielle, au cœur de la plateforme

 

Ensuite, Marc Vallée, VP Product chez Ysance, a souligné l’importance de l’Intelligence Artificielle « intégrée au cœur de notre plateforme, que nous rendons disponible tant pour nos partenaires que pour nos clients. Ysance maintient une bibliothèque croissante d’applications afin de libérer le potentiel des données et de générer de la valeur pour nos clients. Nous rendons l’algorithmie et les technologies de deep learning accessible au plus grand nombre sans besoin de ressources spécialisées ».

 

:: Place aux démos

Puis est venu le temps des démos. Deux en l’occurrence :

Philippe Rolet co fondateur et CTO de Artefact, a montré comment les créatifs d’agence pouvaient – eux aussi ! – se servir avec pertinence d’une DMP dans leur métier. Créatif et DMP ? Absolument. Le concepteur rédacteur d’une campagne pour un groupe de télécom, par exemple, peut utiliser la DMP Ysance et Artefact pour améliorer sa connaissance client et segmenter les motivations des consommateurs cibles, tirées de données de navigation et de data Third party. Et ceci par un simple jeu de « drag & drop ». En explorant la data, il va pouvoir se rendre compte que – au delà du brief client, qui est de toucher des consommateurs jeunes et citadins – ceux-ci sont plus intéressés par les forfaits petit prix plutôt que la 4G ou – encore plus étonnant – plutôt que le modèle de smartphone. Ce créatif va adapter le message en conséquence. Le cas était réel, la performance de la campagne a été multipliée par 2 et demi.

L’autre démo portait sur la Ysance Data Science App for Experian Marketing Services, et était proposée de concert par Philippe Jaoui, Directeur Général Data Analytics & Consultancy EMEA, Experian Marketing Services, et Jean Baptiste Vidalat, DMP Presales chez Ysance. Cette App constitue une avancée majeure dans la manière de segmenter des audiences jusqu’alors anonymes, et de personnaliser la communication en ligne, mais aussi – et c’est une innovation unique d’Ysance – jusque dans les magasins, grâce au smartphone. Car comme l’a judicieusement rappelé Philippe Jaoui « la personnalisation est tout aussi importante que le ciblage ».

Tout marketer qui a un peu de bouteille dans le métier connaît la base de segmentation consommateurs Mosaic, référence mondiale. Avec la Ysance Data Science App for Experian Marketing Services, les directions marketing peuvent désormais qualifier près de 80% de leur audience anonyme selon tous les attributs sociodémographiques Mosaic. Parce que ces attributs sont nombreux (démographiques, logement, mais aussi possession de voiture, revenus…) les cas d’usage sont multiples. On peut citer notamment :

  • Personnalisation : réaliser en ligne une meilleure adéquation des assortiments produits avec les profils sociodémographiques des visiteurs
  • Segmentation : précision accrue en croissant les typologies de mode de vie Mosaic avec les segments CRM
  • Ciblage : exposer ou exclure des profils en fonction de leur taux de nourriture ou de leur canal d’achat préférés associés aux segments Mosaic.

 

:: Table ronde best practices

img_5440

Enfin, dans un format table ronde animée par François de Charon , VP Presales & Partnerships chez Ysance, Xavier Jahan, Chef de projet E-CRM chez Generali – en charge de la DMP Ysance dans le groupe -, Pierre Raoul, Senior Manager Digital chez Soft Computing, Anne Gaelle Dedit, Customer Success Manager Ysance et Richard Hooft, VP Profesionnal Services Ysance, ont pu relater leurs expériences, chacun intervenant à une étape différente d’un projet DMP Ysance.

Parmi les bonnes pratiques pour réussir un projet DMP, Richard Hooft a rappelé que « pour démarrer un projet DMP et s’approprier l’outil, il est essentiel d’avoir une double compétence Marketing et Technologique », en précisant « qu’Ysance accompagne et forme les équipes chez ses clients ».

Pour Pierre Raoul, de Soft Computing, « le meilleur moyen d’accompagner un client est de partir de ses objectifs métiers et de définir des cas d’usages opérationnels à décliner et à mettre en œuvre. L’autre point d’importance réside dans sa gouvernance. Le côté transverse des projets DMP nécessite une gouvernance large et concertée pour que tous les acteurs aillent dans le même sens, vers la réussite du projet et un roi positif ! ».

De son coté, Anne Gaelle Dedit a souligné l’importance d’avoir des ‘sponsors’ au sein de l’entreprise pour réussir un projet DMP : « La technologie n’est rien sans le métier ».

Quant à Xavier Jahan, il a expliqué le choix d’Ysance DMP qui est au cœur de la stratégie omnicanal de Generali et les facteurs clés de succès de sa mise en œuvre.

Tous ces témoignages ont montré l’importance d’être connecté à d’autres partenaires et de créer un écosystème. Ils ont mis en lumière aussi un aspect moins connu, mais aux conséquences profondes et durable au cœur de l’entreprise : un projet DMP fait intervenir beaucoup de personnes et de départements, qui ont pu jusqu’alors travailler en silos, mais qui désormais agissent en mode collaboratif, agile, autour d’opportunités de business fort. L’autre bienfait de la Ysance DMP.

 

L’objectif de cette première édition d’Engage, le nouvel événement partenaires annuel d’Ysance, semble atteint : l’émergence d’un réel écosystème digital ! A suivre toute l’année sur le compte Twitter et le blog d’Ysance.

engage2

 

En savoir plus :

 

 

 

Écrire une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *