9 millennials américains sur 10 utilisent leur mobile dans un magasin

img_3765

Mouvement initié en 2016, le smartphone entre dans les magasins. 

Un chiffre ? 86 % des millennials américains utilisent leur mobile dans un magasin, selon une étude du International Council of Shopping Centers (ICSC) réalisée durant les fêtes.

Dubitatif ? Il suffit de se promener dans un Urban Outfitters ou un American Eagle Outfitters pour saisir l’ampleur du phénomène : le temps d’un marketing mobile circonscrit aux achats hors magasin est révolu.

La nature du mobile – personnel, contextuel, temps réel – en fait le « compagnon » parfait d’une expérience d’achat réussie en magasin. Les millennials (de plus en plus agés…) ne s’y trompent pas. D’ailleurs de  quel « magasin » parle-t-on ? Dans le Urban Outfitters  Herald Square qui jouxte Macy’s, on s’y rend aussi bien pour acheter des vinyl, s’offrir une nouvelle coupe de cheveux ou travailler en wifi dans le UO Cafe, tendance healthy food.

img_3783

Salon de coiffure intégré dans le magasin Urban Outfitters de Herald Square, à Manhattan.

Les Millennials utilisent leur smartphone pour enrichir, et non remplacer, leurs visites magasin.

Selon cette étude, les millennials se servent de leur smartphone in-store pour 4 raisons principales :

  • Comparer les prix avec d’autres magasins
  • Vérifier la disponibilité d’un produit dans le magasin
  • Obtenir des coupons de réduction
  • Lire des avis de clients.

3 EXEMPLES DE RETAILERS

Ce mobile in-store n’est pas nouveau et sera le thème transverse des conférences au « Big Show » et du « Mobile First Look » dans 10 jours à New York. Notons parmi les initiatives récentes de retailers américains :

SEARS : « Buy Online, Pickup In-store in 5 minutes »

screen-shot-2017-01-06-at-10-34-39-am

Pour les cadeaux de dernière minute à Noël, les clients pouvaient commander sur le web ou via l’appli Sears, et venir chercher leurs achats en magasin dans les 5 minutes, tout en recevant un coupon de réduction pour leurs achats additionnels réalisés ce jour-là en magasin.

Ils pouvaient également choisir l’option « In-Vehicle Pickup » sans devoir quitter leur voiture : dans ce même délai, un vendeur leur apportait leurs achats commandés dans l’appli. Une prouesse logistique sans doute permise parce qu’il s’agissait d’une période de quelques jours seulement (article complet à lire sur Mobile Commerce Daily)

Screen Shot 2016-04-30 at 4.09.07 PM

Walgreens pousse très loin l’intégration de son service Pick-up in Store pour les utilisateurs de son appli mobile. Il existe un Walgreens – ou une enseigne du groupe – a 5 milles de 75 % de la population U.S. Mais parce qu’un magasin physique Walgreens – si grand soit-il – ne peut rivaliser avec l’offre Walgreens en ligne, le retailer propose à ses clients Web et appli de commander des produits non disponibles dans « leur » Walgreens ou Duane Reade — filiale du groupe située pricipalement à New York — et de venir les récupérer dans le magazin de leur choix, gratuitement et sans montant minimum de commande. 

 

img_5879

Walgreens se sert donc de sa base de clients utilisateurs de son appli pour répondre à l’une des principales préoccupations des retailers actuellement : maintenir une infrastructure « physique » qui, par définition, a une sélection de produits limitée par rapport au web, en donnant toute liberté au client du lieu d’obtention du produit. 

ALDO

aldo-connected-store_westfield-world-trade-center_window01

La boutique connectée Aldo dans le nouveau centre commercial new-yorkais Westfield World Trade Center

Dans l’interview qu’il nous a accordée en Novembre, Gregoire Baret, Directeur Général pour le Groupe ALDO, en charge de l’expérience omni-canal, faisait mention d’une demande – de la part d’une frange de clientèle – pour plus d’autonomie quand ils sont dans un magasin. Aldo a mené une longue phase d’étude qui a duré un an, pour essayer de comprendre les nouveaux usages des consommateurs et l’évolution du retail, au travers d’interviews consommateurs et d’explorations terrain et ethnographique.

Il en est ressorti pour Aldo 4 grandes insights, dont celle, expliquée par Gregoire Baret,  de la  montée croissante de l’autonomie  :  » Le consommateur a pris l’habitude préparer sa visite et il arrive désormais dans un magasin « en mission », muni de son brief, la liste de ses produits préférés sauvegardés dans sa wish list. A l’intérieur du magasin, il veut interagir avec son outil personnel, son smartphone, pour vérifier, comparer et parfois obtenir l’avis d’un proche via son mobile ». La boutique connectée

href= »https://www.westfield.com/westfieldworldtradecenter/stores/all-stores/aldo/58604″>Aldo

dans le nouveau centre commercial new-yorkais Westfield World Trade Center est à visiter absolument.

Le magasin ne survivra que…

amazon-versus-retailer

Depuis San Francisco, Romain Chaumais (Ysance) et Daniel Dreymann (Beaconix) nous alertaient déjà en décembre : « Le magasin ne survivra que si les enseignes mettent le digital au service du magasin ». Thème transversal de la NRF, leur solution conjointe est à découvrir sur le booth #604 Level 1 d’Ysance, sélectionné par la #FrenchTech parmi les 10 start-ups sous pavillon français au Retail’s Big Show.

:: POUR ALLER PLUS LOIN

 

 

 

logo-cic-oct-2014Customer Insight aide les entreprises à transposer avec succès les stratégies ayant fait leur preuve aux Etats-Unis. Les meilleurs use cases et solutions techniques, pour des résultats avérés. Parlons-en sur Linkedin

 

Écrire une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *