La nouvelle vague de la VRAIE Clean Beauty “made in California”: une fondatrice et une VC nous rappellent les fondamentaux

Credit : FAB

“Les joies du direct” s’exclame tout à coup – en français ! –  Odile Roujol en se levant pour aller fermer sa fenêtre. Oui, nous sommes bien en direct ! C’est un petit exploit que réalise presque chaque semaine, de Los Angeles, et ceci depuis maintenant près de six mois, Odile Roujol, fondatrice de la communauté FaB Fashion and Beauty, avec  ses 15 Leader chapters mondialement, assistée de Mialy Ravelo, membre fondatrice à San Francisco. 

 

Les “Fab Fashion and Beautytech Community” meetups, qui sont  habituellement organisés en présentiel dans chacun des différents pays où la communauté est présente, de Shanghai a Sao Paulo, de Berlin a New-York, sont aujourd’hui accessibles pour tous, en invitation EventBrite et format Zoom Webinar (merci les solutions digitales), et ils incluent toujours 10 minutes (sur 30 !) de Q&A. C’est comme assister à une masterclass et avoir en plus les réponses en live à vos propres questions. Priceless !

 

Vous voulez en être ? Inscrivez-vous immédiatement aux prochains webinars /conversations, ils sont gratuits pour les entrepreneurs mais avec un nombre de tickets limités. C’est énergisant et riche d’enseignements quand on est intéressé par les startups, ou entrepreneur soi- même.  Et en vous inscrivant à la Newsletter magnifiquement réalisée par Mialy Ravelo, vous recevez le replay et une news complète d’infos sur la Beauty et la Fashion Tech. Ici ♥ !

 

  

 

 

 

Credit : Barbara Paldus

Barbara Paldus, PhD (Docteur en Biotechnologie), est une serial entrepreneur dans la BioTech bien connue dans la Silicon Valley. Auparavant, Barbara a  passé plus de 20 ans dans l’industrie du hardware informatique, à construire des équipements analytiques et des équipements de production biotechnologique dotés d’une automatisation sophistiquée. Puis, estimant que son travail aurait plus d’impact sur davantage de personnes, elle a pris deux nouvelles directions, celle d’entrepreneur et celle d’investisseur en créant  Sekhmet Ventures, s’interessant à la  “clean beauty”, beauté naturelle, et au “wellness”, et en lancant Codex.

 

 

 

Elsa Jungman, CEO de Dr. Elsa Jungman

Ph.D., Docteur en pharmacologie cutanée, Française et vivant en Californie depuis plus de 5 ans, Elsa Jungman a contribué pendant dix ans à différents projets de recherche sur l’interaction des produits avec la peau — elle a notamment travaillé chez L’Oréal en Recherche Avancée. Elle évoque un choc toxique dans sa jeunesse qui aurait pu lui coûter la vie, comme moteur pour la création de sa marque Dr. Elsa Jungman (anciennement Elsa Beauty) qui bénéficie d’une décennie de recherche appliquée en biologie. Un atout qui n’est pas donné à toute

 

Nous avons donc deux femmes de sciences, Entrepreneurs chacune, Et Venture Capitalist pour Barbara.

 

 

 

 

 

 

Qui mieux que Odile Roujol, française, ancienne CEO de Lancôme (Groupe L’Oréal), installée depuis 5 ans sur la West Coast, créatrice du fonds Fab Co-Creation Studio Ventures, et de la Communauté FaB Fashion & BeautyTech community ( 5000+ membres, 15 chapters au EU/ Latam, Europe, et Asie) pour poser le décor.

 

  • Une croissance fulgurante 

Ces dernières années, la Clean Beauty a eu une trajectoire de croissance ininterrompue. En 2019, la catégorie “ Soins de la peau Prestige ” a augmenté de + 5 %, tandis que la Clean Beauty culminait à + 29 % (chiffre NDP).

  • Née en Californie, sur la “West Coast”

Detox Market fondé et dirigé par Romain Gaillard est né à Los Angeles, Credo Beauty à San Francisco. La Californie est à la pointe de cette tendance, depuis des années avec une forte concentration de nouvelles marques.

D’ailleurs, Odile Roujol s’en amuse : “ C’est pour cette raison que ce webinaire a lieu aujourd’hui entre LA – où je me trouve – et la Bay Area pour vous invitées pour nous éclairer sur les tendances ”. 

  • La Clean Beauty, dans la crise sanitaire mondiale 

“La crise sanitaire nous rend encore plus conscient de ce qu’est la sécurité. Les marques répondent à cette préoccupation du consommateur, dans le choix des ingrédients mais aussi dans la manière dont les produits sont fabriqués et testés. J’ai l’impression que la notion de sécurité émerge par rapport à la longue liste d’ingrédients retirés d’un produit…”

 

Que signifie être “ Clean Beauty ” pour un fondateur qui lance son produit ?

 

Founding partner Sekhmet Ventures  

 

Le marché est en pleine restructuration.

Depuis 3 ans, il y avait un nombre très important de startups dans la beauté et le wellness. ”Sephora reçoit en moyenne 300 demandes de nouveaux produits … par mois ! ” 

Mais la crise du coronavirus risque d’être fatale pour les plus fragiles. (Barbara Paldus fait une analogie avec l’éclatement de la bulle internet, en 2001-2002). La réalité risque de rattraper nombre de startups ayant recours aux mêmes fournisseurs sans toujours poser les bonnes questions.

Son fonds est d’une exigence draconienne sur les essais produits, les data, les performances prouvées en utilisant les méthodes cliniques existantes les plus strictes. “Nous voulons être certains que le produit fait ce qu’il dit qu’il fait. D’autant que nous ambitionnons que toutes nos entreprises soient commercialisées en Europe, où les standards sont bien plus élevés. Dans 99% des cas [ quand je rencontre une startup ] je ne poursuis pas la conversation avec la start up car celle-ci ne remplit pas les conditions”.

 

Comment créer un produit vraiment clean lorsque l’on est une startup ?

 

 

«  Elsa, votre histoire personnelle vous a amené à fonder Dr. Elsa Jungman, une marque dédiée aux peaux sensibles. Vous devez être de temps en temps agacée par ce “green washing” sur Instagram, avec des personnes qui se réclament de faire de la beauté personnalisée, avec des ingrédients végétaliens, non toxiques…et en fait se concentrent davantage sur un joli site et leur programmes d’influenceurs.

En tant que Ph.D., Docteur en pharmacologie cutanée, quelles sont vos propres règles pour développer des produits vraiment clean et exceptionnels ? Que faites-vous avant de les mettre sur le marché pour vous assurer qu’ils soient sûrs ? » 

 

 

 CEO de Dr. Elsa Jungman

“ Je pense que c’est plus difficile aux Etats-Unis, car comme il n’y a pas de règles à suivre par la FDA (Food and Drug Administration), comme en Europe, une entreprise peut investir un million de dollars à tester la sûreté d’un produit, ce qui n’est évidemment pas possible lorsque l’on est une start up. Donc il faut connaître les fondamentaux de ce que l’on doit faire avant de créer le produit”.

Ce n’est pas parce que l’on lance un shampoing qui est organique que l’on ne doit pas le tester. Tout est chimique, tout peut avoir un impact sur la peau. Il est très important de connaître l’origine de vos ingrédients. Et lorsque vous avez une formulation, ou un produit à sortir, il est très important de faire le minimum de tests avant de lancer quoi que ce soit, pour protéger vos clients, bien entendu, mais aussi votre entreprise .” 

 

«  We say no way to irritants. No to fragrances. No to essential oils or preservatives ». Les promesses de The Dr. EJ – Credit : https://dr-ej.com

Quels sont les fondamentaux à suivre par une startup qui veut se développer  ? 

 

founding partner Sekhmet Ventures  

 

“ Je leur dit de se former sur la réglementation européenne sur les cosmétiques. Et même si vous êtes une marque américaine, appliquez-les car c’est ce qui va vous permettre de vous développer dans le monde. Je leur pose ces 5 questions :

  • Avez-vous des brevets ? ( une propriété intellectuelle, des brevets)
  • Quels tests de produits avez-vous fait à date?
  • Quels sont vos projections financières ? La plupart du temps, le fondateur n’a pas su comment faire un business plan réaliste, donc ma question revient à dire : “ Etes-vous à l’aise avec ma projection, que je crois plus réaliste ? “
  • Je regarde leur Présentation marketing pour vérifier qu’elle correspond à ma propre étude de marché, faite de mon côté
  • Et je cherche à connaître la personne derrière le fondateur,  sa personnalité, afin de savoir si nous pourrions travailler ensemble. Je  me présente aussi, mon parcours, mon expérience, et en retournant la question : “ Voudriez-vous travailler avec moi ?”. 

 

 

Credit : Dr. Elsa Jungman. – https://dr-ej.com

Comment va évoluer la beauté dans ce contexte de pandémie?

 

CEO de Dr. Elsa Jungman

  •  “ C’est une excellente question, et une question difficile à répondre. Les consommateurs vont être beaucoup plus attentifs à l’aspect “sans risque” des produits qu’elles utilisent. 
  • Cela va être très intéressant en terme de chaînes d’approvisionnement et de durabilité. On voit certains grands groupes avoir des difficultés d’approvisionnement, et le consommateur va se tourner vers le local, dans une démarche aussi d’aide aux commerçants/ entreprises locaux.Nous allons sans doute voir cette tendance aussi dans le secteur de la beauté. Je suis très curieuse de savoir si la globalisation va être impactée par la crise”.

 

Réponses aux Q&A. Parlons aussi financement, et relation avec les investisseurs.

 

Question d’une participante :

“ Quels critères regardez-vous au tout démarrage d’une nouvelle marque ? “

 

 

Je vais vous demander 

  • Quels sont vos ventes, sur les 3-4 premiers mois, ce qui montrera que votre proposition de valeur fait sens pour le marché
  • Quelle est la croissance de votre marque, en la mesurant sur Instagram, Facebook, Twitter, ect., et, si vous fait de la publicité, quel est votre ROI ? 

 

Mais Barbara Paldus ne cache pas les difficultés du contexte actuel, en tenant un discours de vérité : “ Beaucoup d’investisseurs sont actuellement dans un mode “Wait and See”. Il y a eu une forte inflation du pre-money pricing depuis 3 ans, parce que le marché de la beauté avait la valeur la plus élevée, tout le monde voulait y entrer, et  il y avait des sorties massives, avec des “ avec des plus-values multipliées par  10 ou 25 pour les investisseurs. Je pense que tout ceci est revisité, et je crois que vous devez être patient.” 

 

 

 «  Ce n’est plus d’abord la croissance, après on verra »   

 

Odile Roujol ajoute. “Il faut se concentrer sur la communauté qu’on anime bien sûr et grandir, mais l’importance des produits, qui créent la fidélité par leur utilisation va être déterminante, avec aussi la marge produit! Les levées de capital vont être plus espacées, demandant aux fondateurs des startups Clean Beauty, dans un marché en croissance mais saturée de nouvelles offres, d’aller vers une logique de profitabilité, et de cercle vertueux de croissance. Ce n’est plus d’abord la croissance, après on verra. ”

 

Question d’une participante:

“Quels sont les tests prioritaires à faire avant de lancer un produit ?”

 

 

  • Trouvez un fabricant approprié pour vos ingrédients, et demandez lui ses données de sécurité sur ce produit
  • Ne pas aller sur le marché américain sans avoir fait réaliser ces 3 tests :  “Repetitive irritation test” , Accelerated stability Test” et “Preservation Test ”. 

 

 

Les défis à relever en tant que fondatrice solo dans la Silicon Valley

 

 

Elsa Jungman a lancé son premier produit, un sérum hydratant, en mai 2019, en pleine levée de fond, donc sans avoir réellement les moyens de le faire. “A San Francisco, beaucoup de personnes vous conseillent de ne pas lancer avant d’avoir l’argent” m’a expliqué Elsa Jungman lors d’une interview en novembre dernier. “ Car lorsque l’on lance les produits, on regarde évidemment les metrics et la croissance. Mais nous étions arrivés à un point où quelque soit le pitch, les potentiels investisseurs trouvaient toujours quelque chose qui n’allait pas. Nous nous sommes dit que nous n’avions rien à perdre, et que ce serait trop frustrant si nous n’arrivions pas à lever, et si en plus nous n’avions rien lancé”.

En tant que femme, “solo entrepreneur”, et fondant sa première start up, Docteur Elsa Jungman n’avait aucun des codes de la Valley pour lever des fonds. Et pourtant… Outre des fonds levés auprès de capital ventures, ainsi qu’auprès d’investisseurs privés, 

Elsa Jungan a remporté en 2019 le French American Entrepreneurship Award. 

Mais tout n’a pas été si simple, explique-t-elle à la question d’Odile Roujol sur les défis qu’elle a dû relever : 

 Elsa Jungman :

“J’étais une scientifique et non une personne marketing, et je créais une marque et non une entreprise BtoB. Mais je crois que c’est important d’écouter les feedbacks des investisseurs. il ne s’agit pas de changer votre mission, mais d’adapter la manière dont vous en parlez afin d’être compris par les investisseurs. Vous devez aussi vous demander si vous avez besoin de lever des fonds pour votre entreprise, parce que vous diluez votre part dans le capital avec l’arrivée de ces investisseurs.

Et vous devez trouver un investisseur qui croit sincèrement en vous, et non pas une personne qui veut vous changer. Parlez aussi aux autre entrepreneurs qui sont financés par l’investisseur avec lequel vous parlez. Il y a tout type de “Business Angel” et “Venture Capitalist” et je crois qu’il y a forcément l’un deux qui vous conviendra parfaitement.

 

 

Votre motto, pour les bons (et moins bons) jours ?

 L’humain et le bien-être. Il est normal, dans cette crise, d’avoir des hauts et des bas. Dans l’équipe, nous sommes très transparents sur ce que nous ressentons, ou si, par exemple, nous avons besoin de  prendre du temps off. Par exemple, le matin, j’aime faire du yoga et c’est admis si je me connecte plus tard car j’en ressort si énergisée. Donc prenez soin de vous et soyez en connection avec vous même, et attentifs aux autres.

 

N’ayez peur de rien, Rien n’est impossible !  Ce que nous arrivons à atteindre est limité uniquement par notre propre imagination, notre vision et nos efforts. 

 

Nous avons hâte de voir comment des femmes de sciences, entrepreneuses et investisseurs vont créer un mouvement en partant de Californie, berceau de la “clean beauty”, pour de vrai.

A noter déjà l’initiative de Docteur Elsa Jungman, mettant en avant des experts du yoga du visage, et d’autres entrepreneuses comme elle sur l’instagram de la marque et le site.

 

 

 

https://www.instagram.com/dr.elsajungman/

 

 

 

 

We are a community. 5000+ Entrepreneurs Investors. Beauty Fashion lovers. Founded in California by Odile Roujol,  now 15+ chapters in Asia, Europe, and America :

  • Rejoignez le groupe LinkedIn, abonnez-vous à la news et suivez les comptes Twitter et  Instagram pour rester informé sur la Communauté FAB 
  • Inscrivez-vous pour les prochains Live, Londres, Dubai, Singapore et Espagne/Chine. Participez à la conversation! (nombre de participants limités) 

 

 

 

 

 

 

 

repère les innovations en Digital, Mobile et Retail aux Etats-Unis, et aide les entreprises françaises à transposer avec succès ces stratégies ayant fait leur preuve aux U.S. Notre méthode, nos prestations sur-mesure. Parlons ensemble sur Linkedin, par mail ou au 06 12 83 39 28.

 

 

 

 

Écrire une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *