LIVE from New York pour NRF : 3 questions à Didier Farge, Conexance

 

Screen Shot 2015-01-20 at 9.11.10 PM

Didier Farge, Président de Conexance

 

A croire qu’en cinq jours à côtoyer des américains, nous avons assimilé une de leurs qualités premières : la ponctualité.

Didier Farge, Président de Conexance , VAD.conext Lille et du SNCD,  et moi-même, nous étions donnés rendez-vous vendredi à 11:30 pm du coté de Times Square.

A l’heure tapante, nous étions là.

Didier, de retour d’une quinzaine de km le conduisant de Times Square à Battery Park via un crochet par Central Park !

L’interview peut démarrer.

3 QUESTIONS à Didier Farge, Président de Conexance

 

Interview réalisée à New York le 16 janvier, en fin du Congrès de la National Retail Federation  (NRF), le Retail’s Big Show

Screen Shot 2015-01-05 at 10.30.16 PM

:: Quels sont vos 4 speakers ‘coup de cœur’ ?

Didier Farge : Le Chief Evangelist de Microsoft, un français, Jean François Rodriguez, rencontré par les bons soins de la délégation CCI Nord sur le stand Microsoft. Une personne lumineuse qui a expliqué la stratégie du groupe, très ouverte, orientée « pull » et la manière dont Microsoft accompagne les entreprises dans l’implémentation digitale des magasins. Je suis très fier de voir que c’est un français qui est un des « Chief Evangelist « chez Microsoft !

–       Robert Safian, Editor-in-Chief et Managing Director du magazine Fast Company. Il a tenu un discours énergisant et visionnaire sur le « Commerce in the age of flux », et sur l’innovation qui m’a beaucoup plu.

 –       Le tagueur américain David Garibaldi qui nous a fait, en dance et en musique, un portrait en live du logo du Retail’s Big Show et de celui de Steve Jobs. Un exemple de détournement pertinent de l’art pour le business.

–       Terry Jones, Chairman de Wayblazer, fondateur de Travelocity.com et investisseur Chairman de Kayak.com. Bien qu’il ait réutilisé un tiers des slides de sa conférence d’il y a deux ans, c’ est un orateur clé capable de transporter la foule et de livrer les principaux messages d’évolution de la profession, et de nouvelles clés de de lecture sur l’innovation, la culture de l’apprentissage de ses erreurs.  » Change is inevitable but Growth is up to you  » a-t-il conclu.

:: Quel est votre Top 3 à retenir de cette NRF 2015 ?

  1. Le Data Driven Marketing arrive dans la distribution. Une nouveauté, si je me replace à seulement deux ans. Prenez n’importe quelle page du magazine distribué au Big Show, la data y est présente partout. Les retailers ont compris que c’est grâce à la data qu’ils vont améliorer la connaissance client et prédire son comportement.

 

  1. L’absence de véritable innovation. J’ai l’impression qu’il y a moins d’avance aujourd’hui de la part des américains versus les français, en terme d’innovation. Des choses existent dans nos deux pays ; mais les américains, à la différence des français, l’ont implémenté, avec la couche de services qu’on leur connaît.

 

Autre remarque : je suis étonné de voir à tel point on a peu parlé de Social Marketing dans les conférences. Ce thème était légion au Congrès de la DMA en Octobre à San Diego, mais peu présent ici.

  1. Et… le Mobile, qui constitue le lien entre marques et consommateurs. Et quand on dit « le magasin n’est pas mort », c’est en raison du bînome que forment le magasin et le mobile.

 

 

 

:: Et à titre plus personnel, quelles images garderez-vous de cette édition 2015 ?

3 choses :

–       La manière dont les américains présentent la filière Retail, avec ce slogan : « Le Retail, c’est l’Amérique » que vient renforcer un chiffre fortement mis en avant : 1 américain sur 4 travaille dans le Retail.

–       La puissance de la délégation française cette année à NRF : 1 500 professionnels (dont 600 personnes venant de la région Nord). La qualité des échanges dans les groupes entre français est extraordinaire.

–       Et le « Je suis Charlie » affiché en display dans certains booths et exprimé en nombre considérable par des américains, au Congrès et dans la ville, envers les français. Je n’avais jamais vu ce regard-là des américains. Cela fait se lever et c’est vraiment formidable.

:: Nous rentrons en France, avec l’économie que nous savons. Pensez-vous, comme la radio de l’économie BFM qui en a fait son claim, que « La France a tous les atouts » ?

Absolument. Nous savons bien que la problématique n’est pas d’être – ou pas – digital. Il faut être digital, et cela passe par l’intégration des deux mondes, réels et digital. Il va falloir beaucoup de consultants pour intégrer ces technologies chez les retailers. C’est donc un message d’espoir et d’emplois. Car à la fin de l’histoire, on est content quand on a des entreprises en développement, mais surtout quand celles-ci créent des emplois.

Interview réalisée à New York le 16 janvier 2015

:: Pour aller plus loin :

ConexanceMD

3 premiers articles sur la NRF :

GameStop : magasin et digital en font qu’un

Mesurer le R.O.I. des Mobile Coupons avec un POS traditionnel

Westfield, des malls qui ‘rocks’ !

 

Les commentaires sont clos.