Les groupes de presse créent leurs GROUPON

21 04 2011

Groupon, c’est au niveau mondial près de 80 millions de membres recrutés en 3 ans.

C’est un taux de rédemption compris entre 85 et 90 % vs 1% en moyenne pour le taux de  remontée d’un coupon de réduction classique (la raison ? Chez Groupon, le consommateur pré-achète son coupon).

Autant dire un nouveau canal de promotion, que la presse scrute avec attention.

Les ‘deals’ de Groupon ne sont pas comparables aux coupons de réduction affectionnés par la grande distribution et la grande consommation.

Mais l’engouement des consommateurs est suffisamment massif pour que les éditeurs de presse ne regardent pas le train passer, inactifs.

De fait, ces derniers jours, plusieurs initiatives de groupes média ont vu le jour:

Le New York Times a lancé début mars son propre programme de réductions quotidiennes, TimesLimited.


Un exemple de deal proposé par TimeSelected


HEARST

Le groupe Hearst va bientôt se lancer dans un programme à la Groupon

Hearst va lancer son propre programme (environ 70 deals ) le mois prochain.

D’autres médias suivent la tendance : le groupe de presse magazine Meredith, des cablo operateurs.

QUEL INTERET POUR LES EDITEURS DE PRESSE  ?

Ces offres de bons plans et de réductions proposées localement attirent d’autres annonceurs que ceux qui traditionnellement passent de la publicité dans les magazines papier et sur les sites des magazines.

On estime le marche global américain des offres de réductions quotidiennes (sur le modèle de Groupon)  en 2015,  a 3,9 milliards de dollars (Source BAI/ Kelsey Group).

Autant dire que les éditeurs, affectés par un déclin inéluctable du marché des petites annonces diffusées en  ‘papier’ , veulent leur part du gateau.

Comment y aller ?

Un éditeur de presse a 2 options. Y aller seul ou accompagné.

Aux Etats-Unis, des prestataires se sont mis sur le créneau, apportant aux éditeurs leurs savoirs-faire en matière commerciale et la technologie.

- Y aller seul représente un vrai challenge, car la force commerciale dans un groupe de presse n’est pas forcement la mieux préparée pour attirer des annonceurs de deals quotidiens, qui different fortement de leurs annonceurs habituels.

-Y aller accompagné engendre les coûts d’un intermédiaire.

Ce qui est certain, c’est qu’un éditeur de magazine possède les deux biens les plus précieux pour réussir son programme de réduction : l’audience et sa base de données Abonnés.


Il y a quelques années en France, des éditeurs ont cherché à fidéliser leurs lecteurs et abonnés en créant des Programmes Privilège, avec plus ou moins de bonheur.

Les services  à la Groupon, s’ils sont conçus efficacement, dans le respect de la "marque magazine " et du contrat de lecture, seraient-ils la réponse moderne pour fidéliser les lecteurs ?





Internet tuera—t-il (vraiment) la presse magazine ?

19 08 2010

Depuis mai dernier,  une coalition des plus grands éditeurs américains de presse magazine (Condé Nast, Hearst Magazines, Time Inc….), avec la caution du syndicat professionnel Magazine Publishers of America (MPA), font paraitre une campagne dans la presse magazine en faveur… de la presse magazine.

Ces éditeurs sont dans leur rôle en faisant la promotion de leurs supports auprès des agences et annonceurs. Mais les chiffres qu’ils présentent valident ce que beaucoup pressentaient déjà, avec bons sens :


Taux de lecture de la presse magazine

Les adultes de 18-34 ans sont d’avides lecteurs. Ils lisent plus de numéros et passent plus de temps par numéro que leurs aînés (Source: MRI Fall 2009 data)

Depuis 12 ans que Google existe, la lecture de magazines a augmenté de 11%  (Source : MRI Fall 2009 data)

Intention d’achat

Les magazines génèrent un taux d’intention d’achat supérieur aux autres medias. (Source: Dynamic Logic)

Actions motivées par une publicité vues dans un magazine

L’efficacité des magazines augmente.

Le taux de mémorisation d’une publicité magazine a augmenté de 13% sur les 5 dernières années.

Et le nombre d’actions faites après avoir regardé une publicité ( visite d’un site, achat online ou en magasin…) a augmenté de  10%. (Source: Affinity’s VISTA Print Effectiveness Rating Service, 2005-2009).

Recrutement d’abonnés

Ce qui a changé n’est pas l’intérêt des personnes pour les magazines, mais la manière dont ils les acquièrent. En 2009 aux Etats-Unis, 22 % des abonnements payants ont été commandés via le Web.

Les magazines boostent la recherche en ligne

Et de la même manière que le Web sert à recruter des abonnés payants,  les magazines incitent à faire une recherche en ligne — avec une efficacité multipliée par deux lorsque la personne a été exposée au préalable à une publicité dans un magazine, par rapport à une personne qui n’ a pas vu d’annonce presse.

Cela peut rendre certains dubitatif. La presse se vend mal, et ces chiffres ne concernent que la presse magazine. Mais il semble que le  online, dont on disait qu’il allait tuer la presse magazine, dans la réalité favorise sa croissance. Et vice et versa.

La campagne américaine en faveur de la presse magazine est attractive – elle reprend d’anciennes couvertures de presse magazine emblématiques  avec des accroches telles que "We Surf the Internet. We Swim in Magazines." Et "Will the Internet Kill Magazines? Did Instant Coffee Kill Coffee?"

Mais gageons que très vite, une telle campagne montrera aussi les effets commerciaux bénéfiques de la presse magazine sur l’iPad. Un nouveau canal dans le "mille feuille" des canaux à disposition du shopper (et de l’annonceur).








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers